Contenu

Agreste Études n°3 - Décembre 2020 - Usage des terres agricoles artificialisées entre 2009 et 2018

L’usage des terres agricoles artificialisées entre 2009 et 2018 en Normandie : résidentiel sur tout le territoire, économique plutôt à proximité des villes


Les surfaces agricoles consommées en Normandie entre 2009 et 2018 sont destinées à 64 % au résidentiel, 25 % à l’usage économique et 11 % aux forêts et milieux naturels. Le résidentiel progresse dans presque tous les espaces, urbains ou ruraux, où l’agricole perd du terrain. Le développement de l’économique est plus concentré. L’étalement urbain est un moteur important de l’artificialisation. Les villes et leur pourtour sont ainsi le siège d’une compétition entre usages agricoles, résidentiels et économiques. Les terres agricoles sont plutôt destinées à l’économique à proximité du centre des pôles urbains, puis de moins en moins à mesure que l’on s’en éloigne, où le résidentiel prend le relais afin de répondre aux souhaits d’installation des ménages. 3 départements supportent 80 % de la perte de terres agricoles de la région, selon des dynamiques bien différentes. Dans le Calvados et la Seine-Maritime, l’urbanisation joue un rôle important alors que la Manche est l’illustration qu’il peut y avoir une importante consommation foncière même dans un département peu urbanisé.


Date de parution : décembre 2020

Téléchargez la publication (format pdf - 4.4 Mo - 05/01/2021)

Téléchargez le jeu de données de la publication (format xlsx - 321.5 ko - 01/12/2020)


Pour en savoir plus :

Méthodes :
Présentation d’ArtiCom 2009,2011-2018
Présentation de l’OSCOM 2008-2018

Études :
Agreste Analyse n°1 - Juin 2017 - Reprise de l’artificialisation des sols agricoles
Agreste Études n°2 - Août 2020 - Consommation du foncier agricole, artificialisation des sols : Quelle évolution de l’occupation des sols en Normandie entre 2008 et 2018 ?